Communauté de pratique



La communauté de pratique basée en Ontario est composée de personnes travaillant avec des représentants de la profession juridique et d’autres travaillant avec des femmes et des enfants ayant subi de la violence familiale, principalement dans la région de London-Middlesex. 




 
Communauté de pratique en matière de violence familiale et de droit de la famille:  


Abir Al Jamal photoAbir Al Jamal

Abir Al Jamal,  B.S.Soc., M.S.S., travailleuse sociale autorisée, est une travailleuse sociale internationale avec de l’expérience de travail auprès de personnes affectées par la guerre et la violence. Au Canada, elle est praticienne et coordonnatrice de la recherche pour le Muslim Resource Centre for Social Support and Integration. Elle participe à plusieurs projets de recherche et ses activités de recherche se concentrent sur la violence familiale, les évaluations des risques et les enjeux sociaux qui ont des répercussions sur les communautés de nouveaux arrivants collectivistes.





  

Dan Ashbourne photoDr. Dan T. Ashbourne, 

Dr. Dan T. Ashbourne, est un psychologue clinicien, agréé en Ontario par l’Ordre des psychologues de l’Ontario (nº 2913), et un médiateur familial agréé (Acc.FM.) par l’Association ontarienne de médiation familiale (nº 572-19). Depuis 2011, Dr Ashbourne agit à titre de directeur général pour la Clinique Judiciaire Familiale de London (CJFL) de London, Ontario, au Canada. Cette clinique unique offre des services liés à la santé mentale aux enfants et familles impliqués dans les systèmes juridiques/cliniques. Dr Ashbourne fournit des services d’examen et de consultation aux tribunaux pour les adolescents ayant des démêlés avec la justice, l’aide sociale à l’enfance et/ou les évaluations de plans parentaux. Il offre également des consultations au service de référence ADR-LINK et pour les évaluations en lien avec le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF). Dr Ashbourne partage plus de 30 années d’expérience clinique avec la CJFL. Il est membre de longue date de l’Association of Family and Conciliation Courts (AFCC) et a siégé au conseil d’administration du chapitre ontarien de l’AFCC pendant de nombreuses années. À l’heure actuelle, Dr Ashbourne offre également de la formation à une vaste gamme de professionnels sur différents sujets, incluant les soins tenant compte des traumatismes, l’autogestion de la santé pour les professionnels, les relations familiales pour les médiateurs en formation, procède à des entrevues d’enfants et participe à la rédaction de rapports sur la parole de l’enfant.

Amanda Bruyns photoAmanda Bruyns 

Amanda Bruyns a étudié la psychologie à la Western University. Depuis 2003, elle poursuit une carrière du côté du programme de visites surveillées, financé par le ministère du Procureur général, au Merrymount Family Support and Crisis Centre. Elle est actuellement membre du London Coordinating Committee to End Women Abuse (LCCEWA) et de son comité de liaison mixte des ressources.

Offrir de l’aide aux familles aux prises avec une séparation ou un divorce très conflictuel(le) qui éprouvent des difficultés à s’entendre en ce qui a trait à la garde des enfants et au droit de visite est depuis toujours une passion pour Amanda. Cette passion est ce qui nourrit son dévouement envers la promotion d’un temps de parentage sécuritaire à la fois pour les enfants et pour les parents. Amanda aime passer du temps en camping et à la plage avec sa famille.

 

jennifer foster photoJennifer Foster 

Jennifer Foster, avant de devenir avocate, Jennifer, qui est mariée et mère de deux jeunes adultes, a été à la tête d’équipes pendant plus de 15 ans, s’occupant du marketing et des collectes de fonds pour des organisations, incluant la Yale University, St. Joseph’s Health Care Foundation et la Western University. Parce qu’elle a la passion d’aider les autres, tout particulièrement ceux qui sont marginalisés, Jennifer a mis de côté sa carrière florissante et a choisi de réaliser son rêve de devenir avocate en droit familial. Elle a ouvert son propre cabinet en droit familial après avoir travaillé au sein d’un cabinet d’avocats de premier plan à London. Jennifer offrait des services en droit familial par l’intermédiaire de la clinique de services juridiques communautaires de la Western University, accompagnant et formant des étudiants en droit en ce qui a trait au droit de la famille, et ce, jusqu’à ce qu’elle décide de mettre l’accent sur sa pratique à temps complet.

Elle a continué d’accompagner des étudiants et de leur enseigner à titre de professeure associée pour le stage externe en droit de la famille et le cours général en droit de la famille à la Western University. Elle continue de soutenir ses communautés locales et judiciaires grâce à son travail bénévole avec le programme London Lawyers Feed the Hungry et le Réseau national d’étudiant(e)s pro bono. Lorsqu’elle était étudiante à la faculté de droit, Jennifer a reçu la bourse J.G. McLeod-McSorley en droit de la famille, le prix Brad Hodgson Civil Litigation, le prix Paul Bradley en droit immobilier, et a également figuré au palmarès du doyen. Elle a aussi été superviseure en chef des étudiants à la clinique de services juridiques communautaires et coordonnatrice étudiante adjointe au centre pour la résolution des disputes de la Western’s University.

Originaire d’une ville côtière de la Caroline du Nord, Jennifer a un faible pour son terrain de jeu d’enfance où règnent le sable et le surf. Lorsque Jennifer ne rêve pas des vagues de l’océan Atlantique ou de partir à la recherche de coquillages sur les plages, elle est une avide lectrice de romans de fiction historiques, juridiques ou policiers.



rita galea photoRita Galea 

Rita Galea est originaire de Malte et vit au Canada depuis 1988. Elle est une travailleuse sociale agréée et a suivi le programme de médiation. Elle est employée d'Anova depuis plus de 23 ans, où elle a joué de nombreux rôles, notamment celui de conseillère et de travailleuse de proximité. Rita a participé au programme de sécurité contre la violence domestique par le biais de Women's Community House, Changing Ways, Family Consultants et John Howard Society. Elle a travaillé avec Changing Ways en tant que contact partenaire. Rita a travaillé avec le Family Court Support Worker pour London et Middlesex pendant les neuf dernières années. Rita est membre du conseil d'administration d'Across Languages. Elle parle maltais, anglais, italien et un peu de français. 


 



kim harris photoDr. Kimberly Harris, 

Dr. Kimberly Harris, Ph. D., C. Psych., est directrice administrative adjointe et psychologue à la Clinique Judiciaire Familiale de London (CJFL). La charge de travail de la Dre Harris est diversifiée : évaluation, intervention et approches alternatives en matière de résolution des conflits pour les jeunes et les familles. Dre Harris a été déclarée témoin experte dans des causes de droit de la famille et devant tribunal civil. Elle effectue également de la formation et de l’élaboration de programmes pour une grande variété de questions portant sur la santé mentale et la science médico-légale, incluant des rapports sur la parole de l’enfant. En plus de ses responsabilités de direction à la CJFL, Dre Harris est la directrice d’un projet pluriannuel visant à soutenir les enfants et les familles aux prises avec le TSAF, financé par la Fondation Trillium de l’Ontario. Dre Harris a fait preuve de leadership dans le cadre de plusieurs collaborations communautaires liées à des conflits aigus en matière de garde des enfants, le TSAF et des évaluations culturellement responsables/collaboratives. Elle siège actuellement au conseil de direction de l’Association of Family and Conciliation Courts (AFCC), chapitre ontarien, et est membre du groupe de travail qui a élaboré les guide et modèle de plans parentaux pour l’Ontario. Elle accompagne des étudiants de cycle supérieur et a publié des articles de recherche, un chapitre de livre et des guides cliniques sur la violence familiale. 


Tim Kelly photosTim Kelly

Tim Kelly travailleur social autorisé, a une clinique pratique qui met l’accent sur le travail auprès d’hommes qui ont fait usage de violence et de contrôle tant dans les relations intimes qu’en tant que pères, et ce, depuis plus de 30 ans. Il est le directeur général de Changing Ways, une agence de services sociaux pour les hommes qui maltraitent les femmes en Ontario, et directeur du Family Violence Counseling Program de la Children’s Aid Society du comté d’Oxford.

Il est l’un des codéveloppeurs et le formateur en chef du programme Caring Dads: Helping Fathers Value Their Children. Caring Dads est un programme d’intervention de groupe axé sur le travail auprès de pères qui ont causé préjudice à leurs enfants, que ce soit de façon directe ou en les exposant à des violences dans le cadre de relations intimes.

Tim s’est exprimé tant à l’échelle nationale qu’internationale sur des questions liées à la violence perpétrée contre les femmes et les enfants et sur des collaborations communautaires. La majeure partie de ses efforts est consacrée à l’engagement des hommes à cesser la violence commise envers les femmes et les enfants. Il a collaboré avec des chercheurs, des défenseurs des droits des femmes et des leaders en matière de protection de l’enfance afin de mettre sur pied des programmes et des processus visant à engager les hommes et à les tenir à la fois responsables de la violence qu’ils dirigent contre les femmes et de leurs actions; la responsabilisation des systèmes aux fins de changement est également visée.

 

julie lee photo Julie Lee (elle) 

Julie Lee est une avocate en droit de la famille à London, en Ontario, au cabinet Millars Law où elle dirige le département du droit de la famille.  Elle a obtenu son diplôme de la Western Law en 1999, puis a été stagiaire auprès de Monsieur le Juge Frank Iacobucci à la Cour suprême du Canada.    De 2018  à 2021,, elle a travaillé comme conseillère juridique en matière de révision à la clinique de services juridiques communautaires (droit de la famille) de la Western Law.  À ce titre, Julie a supervisé les étudiants en droit clinique de la Western offrant une représentation en droit de la famille aux clients communautaires, et collaboré également avec ces derniers.  Avant de joindre les rangs de la clinique de services juridiques communautaires de la Western, elle a été praticienne exerçant seule avec un accent particulier sur les questions de droit de la famille portant sur les litiges parentaux, la protection de l’enfance, et a agi à titre de panéliste nommée pour représenter les enfants de concert avec le Bureau de l’avocat des enfants.   

Avant de commencer ses études en droit, Julie a œuvré avec le mouvement féministe de lutte contre la violence en tant qu’activiste, éducatrice et administratrice.  Julie est l’ancienne directrice du Huron Women’s Shelter et du London Battered Women’s Advocacy Centre (ainsi nommé à l’époque); elle est également l’un des membres fondateurs du projet Second Stage Housing du Huron Women’s Shelter.   Son activisme compte également un engagement de longue date envers l’atteinte de l’équité pour les communautés LGBT+. 

 

Najia Mahmud 

Najia Mahmud est une avocate et procureure basée à London, en Ontario, où elle vit avec son mari et leurs deux enfants. Elle s’engage à offrir des services juridiques professionnels, courtois et opportuns, et ce, dans le respect des différences culturelles. Après avoir obtenu son diplôme de la faculté de droit de la Western University, Najia a eu la chance de faire un stage avec le Dr Todd Weiler, qui se spécialise dans le domaine des mécanismes d’arbitrage prévus par les traités d’investissement. Après avoir travaillé dans plusieurs petits cabinets à titre d’associée, principalement en ce qui a trait au droit de la famille et à la protection de l’enfance, elle a récemment fondé Mahmud Law avec l’objectif d’améliorer l’accès à la justice aux communautés sous-desservies. Elle tient tout particulièrement à s’assurer que les points de vue et les intérêts fondamentaux des personnes touchées par la violence familiale soient reconnus et protégés au sein du système juridique. Najia accepte fièrement les certificats d’aide juridique pour les questions liées au droit de la famille et à la protection de l’enfance et siège à un groupe consultatif sur la violence conjugale.

Najia est membre de la Middlesex Law Association, de la Middlesex Family Law Association, de l’Ontario Association of Child Protection Lawyers, de la Commission internationale de juristes, de l’Association canadienne des libertés civiles et de l’Association canadienne des avocats musulmans.

Elle siège également au conseil d’administration du populaire organisme communautaire Women & Politics, situé à London, depuis les trois dernières années.

 

Diane Meikle photoDiane Meikle 

Diane Meikle a été admise au Barreau en 1981. Avant de grossir les rangs d’Aide juridique Ontario (AJO) en mai 1999, elle a été associée chez Jeffery Associates, un cabinet se spécialisant dans le droit de la famille. Depuis son arrivée à AJO, elle travaille au bureau du service élargi de l’avocat de service à London. Diane est la directrice des services de l’avocat de service pour Middlesex (droit de la famille), Oxford et Elgin (droit criminel et de la famille). Elle aide les individus non représentés devant les tribunaux de la famille en leur offrant des conseils sommaires, des services de négociation, en préparant des documents de procédure pour les clients admissibles et en aidant ces derniers devant les tribunaux; elle dirige aussi les clients vers d’autres ressources appropriées, incluant des services de médiation. Elle aide régulièrement les clientes qui sont des survivantes de violence familiale.

Elle participe à des panels sur les enjeux liés à l’accès à la justice et est membre du comité des agents de liaison/ressources en matière de droit de la famille qui offre des perspectives sur des enjeux touchant les parties non représentées devant les tribunaux. Elle a également fait partie du conseil d’administration du Merrymount Family Support and Crisis Centre pendant de nombreuses années; elle siège maintenant au comité consultatif d’ADR-Link, qui fait la promotion de la médiation dans les questions liées à la protection de l’enfance.

Pendant tout ce temps, elle a agi à titre de ressource pour les avocats pour des questions liées aux procédures ou à tout autre domaine du côté du droit de la famille. Elle a également formé de nouveaux avocats et travailleurs de l’aide juridique chez AJO en matière de droit de la famille et préparé des trousses de conférence pédagogiques pour les personnes non représentées afin de les aider tout au long du processus judiciaire. Elle a aussi contribué à faire la promotion du Family Law Project au palais de justice de London, projet dans le cadre duquel elle-même et ses avocats-conseils à l’interne ont accompagné des étudiants de la faculté de droit de la Western dans la préparation de documents traitant de droit de la famille pour les clients admissibles. 

Susan Schiedel photoSusan Schiedel 

Susan Schiede, en tant que directrice de service de la Children’s Aid Society de London et Middlesex (CASLM), le portefeuille de direction de Susan inclut de la surveillance et des responsabilités pour l’unité Enquête en protection de l’enfance de première ligne de l’agence, l’unité Enquêtes médico-légales, l’unité Services d’accueil, l’unité Services après les heures normales et l’unité Vie privée.

Susan est membre de l’équipe de haute direction de l’agence, coprésidente de la Gay-Straight Alliance de la CASLM, et est agente de liaison entre la CASLM et les policiers pour la Société d’aide à l’enfance (SAE) avec nos services locaux de police.

Elle est une membre active de plusieurs comités et groupes consultatifs communautaires et est actuellement la présidente du groupe provincial Devoir de faire rapport de l’Association ontarienne de sociétés de l’aide à l’enfance (AOSAE). Susan est active à titre d’agente de liaison pour la direction pour le Domestic Violence Network de la CASLM, une ressource interne pour le personnel et les superviseurs de la CASLM qui met l’accent sur l’apprentissage et un effort accru consenti à tout ce qui concerne la violence faite aux femmes.

Elle travaille à la Children’s Aid Society of London and Middlesex depuis 1996, c’est-à-dire depuis l’obtention de son diplôme de la King’s School of Social Work, UWO. Susan a obtenu sa maîtrise en travail social de la Wilfrid Laurier University en 1999. En janvier 2018, Susan a complété le programme de formation « Leading for Impact » de la Schulich School of Business.

Tout au long de sa carrière du côté de l’aide sociale à l’enfance, les secteurs de la violence faite aux enfants/protection de l’enfance et de la violence faite aux femmes ont souvent été au centre de son travail. Elle a suivi de la formation plus poussée dans ces secteurs lorsque cela était possible, siégé aux comités de coordination de Middlesex et London pour mettre fin à la violence faite aux femmes, suivi de la formation en lien avec l’Évaluation du risque de violence familiale en Ontario (ERVFO) et B-SAFER, et elle a assisté à d’autres événements de formation/communautaires liés à la violence perpétrée envers les femmes.

Susan a également travaillé comme clinicienne avec le Bureau de l’avocat des enfants, sous la forme de travail clinique privé, de 2011 à 2017. Cette expérience lui a ouvert la porte à des possibilités élargies de travail clinique et d’évaluations auprès d’enfants et de familles aux prises avec des enjeux reliés à la garde et au droit de visite.

Susan aborde le service d’aide sociale à l’enfance et son rôle de leadership d’un angle positif et axé sur les solutions, le tout avec un accent mis sur la détermination des forces, la recherche de soutien, la défense des droits et une approche empathique dans tous les aspects de sa vie. Elle est une solide alliée de la communauté LGBTQ2S+, et continue de travailler dans une perspective d’apprentissage continu, de défense des droits et de sensibilisation dans les domaines de la diversité, de l’égalité et de la pratique anti-oppressive.

Sur le plan personnel, Susan a grandi à London, en Ontario, aime passer du temps en famille avec son mari, leurs deux filles (qui étudient à la King’s University et au Fanshawe College) et leurs deux chiens Charlie et Baxter.

 

Lainie TessierLainie Tessier

Lainie Tessier est une survivante récente de violence conjugale : ce qui ressort le plus de son parcours, c’est son désir de partager et de reconnaître que bien que des aspects de son histoire puissent être semblables à ceux d’autres personnes, chacun à des points de vue et des informations uniques qui valent la peine d’être mis en lumière. Elle concentre plus particulièrement ses efforts à la revendication de changements systémiques en ce qui a trait non seulement à la façon dont la violence conjugale est définie (inégalement) dans différentes lois, politiques et recherches aux niveaux fédéral et provincial, mais également à la manière dont ces définitions affectent la vie des survivantes « sur le terrain ». Elle croit que jusqu’à ce qu’une répartition plus équitable des ressources fiscales soit réalisée du côté des différents aspects de la prévention et de la réduction de la violence faite aux femmes, et jusqu’à ce que de la formation obligatoire soit offerte à tous les acteurs du système du droit de la famille, les femmes continueront d’être traumatisées de nouveau par les systèmes du droit de la famille et criminel.
Lainie est coprésidente du nouveau chapitre hamiltonien du Womenatthecentre.

 

Jaimie Torok 

Jaimie Torok a été fonctionnaire au sein du gouvernement de l’Ontario pendant onze ans, avec une expérience de travail antérieure dans le domaine des relations de travail et avec les employés, des ressources humaines et au sein de l’environnement juridique.

Elle est coprésidente du comité mixte sur la santé et la sécurité au travail de son lieu de travail depuis les dix dernières années, a déjà été membre du comité sur l’inclusion, un comité ministériel du gouvernement de l’Ontario axé sur l’inclusion, la diversité et l’accessibilité dans le milieu de travail. Elle a également participé à titre de membre d’un comité local sur les relations avec les employés, de membre d’une équipe verte au sein de l’entreprise, de membre d’un comité sur le bien-être et l’engagement au sein de l’entreprise et de membre d’un comité sur les activités sociales et les organismes caritatifs communautaires.

En tant que bénévole dans sa communauté, elle est actuellement une grande sœur avec l’organisme Big Brothers Big Sisters de Sault St. Marie (depuis 2017); elle a anciennement siégé au conseil d’administration du St. Vincent Place Men’s Shelter, où elle a aussi été volontaire, et a fait du bénévolat dans une banque alimentaire, une soupe populaire et une friperie pendant environ quatre ans.

Elle est maman de deux garçons extraordinaires, intelligents et drôles qui sont la principale source d’inspiration de sa plus grande passion, c’est-à-dire la défense des femmes et des enfants en ce qui a trait à la violence et à la maltraitance. En participant activement aux activités de revendication du WomenatthecentrE, un organisme sans but lucratif qui œuvre à l’éradication de la violence perpétrée contre les femmes, les personnes s’identifiant comme des femmes, les personnes non conformistes sexuelles, bispirituelles et trans par la revendication personnelle, politique et sociale, Jaimie s’engage à utiliser sa propre expérience de survivante pour aller de l’avant vers la création d’un profond changement.

 

annalise trudell photoDr. AnnaLise Trudell 

Dr. AnnaLise Trudell is a gender-equity consultant and the manager of Education, Training & Research at Anova, the women’s shelter and sexual assault centre in London Ontario. She brings extensive analysis of the causes and impacts of gender-based violence and of prevention programming through her doctoral and postdoctoral research at Western University. As Manager at Anova for over a decade, she has overseen the facilitation, curriculum development and evaluation of youth anti-violence programming and professional trainings. She is a seasoned public educator and facilitator with over 500 lectures and presentations engaging youth, professionals & post-secondary students through public education.



 

Kara Verberne photoKara Verberne

Kara Verberne détient un baccalauréat et une maîtrise en travail social du King’s University College de la Western University. La majeure partie de sa carrière a été dédiée à la santé mentale des enfants et des familles; c’est d’ailleurs là qu’elle a constaté toutes les répercussions de la violence familiale sur le bien-être des enfants et qu’elle s’est efforcée de traiter les effets durables de celle-ci sur le système familial. À son poste actuel de travailleuse sociale autorisée en chef dans le cadre du Regional Sexual Assault and Domestic Violence Treatment Program de l’hôpital St. Joseph’s Health Care de London, Kara a le privilège d’offrir du soutien tenant compte des traumatismes aux survivantes d’agressions sexuelles et de violence conjugale et de pouvoir les accompagner. Plusieurs de ces personnes doivent apprivoiser toutes les complexités liées au système de droit de la famille, et ce, tout en travaillant également à guérir leurs expériences de violence.

Kara s’engage à améliorer la coordination des services et la collaboration entre les secteurs desservant les personnes et les familles affectées par la violence. Elle voue une passion pour les soins tenant compte des traumatismes et croit que ces pratiques sont essentielles à l’engagement des familles dans quelque système que ce soit.

 

Mathew Villeneuve photoMatthew Villeneuve. 

Matthew Villeneuve. Associé directeur adjoint chez McKenzie Lake Lawyers LLP

« Plusieurs choix peuvent être faits dans le domaine du droit de la famille, mais ces choix ne doivent pas être jugés sans d’abord comprendre les raisons qui les motivent. Je veux contribuer à la définition de ces raisons et travailler à l’atteinte de vos objectifs. »

Avant de grossir les rangs de McKenzie Lake et d’accepter le rôle de chef du groupe de pratique du service du droit de la famille, Matthew Villeneuve a passé plusieurs années à pratiquer le droit de la famille à London, en Ontario. Au cours de cette période, il a travaillé à la fois à titre d’associé dans un cabinet juridique à service complet et dans un cabinet spécialisé dans le droit de la famille. Ces occasions lui ont permis d’accroître ses connaissances en tant qu’avocat en droit de la famille et de continuer à trouver des solutions créatives aux défis auxquels font face les clients.

Matthew est fier de représenter ses clients de façon intègre et d’user de son expérience pour les défendre efficacement et avec la plateforme la mieux adaptée à leurs situations uniques. Matthew règle normalement les différends par le concours de la négociation, de la médiation et du processus de recours judiciaires. Matthew peut aider des clients avec une vaste gamme de problèmes particuliers à leurs préoccupations en matière de droit de la famille.

Nommé associé directeur adjoint en décembre 2020, Matthew travaillera de concert avec l’associé directeur à la gestion du cabinet et à la réalisation de ses initiatives stratégiques. Avant de devenir avocat, Matthew a obtenu un baccalauréat spécialisé en administration des affaires de l’Université de Windsor, puis a poursuivi ses études à l’Institut de Formation Internationale de Rouen, en France, et à la HEAO Arnhem International Business School des Pays-Bas. Les antécédents professionnels de Matthew sont devenus un avantage qu’il partage avec ses clients. Dans ses temps libres, Matthew aime jouer au hockey, au golf, et voyager.





alliance-logo-fr-01.jpgPHAC-logo-fr.png